Maladies maladies des chiens

Structure et fonction du système musculaire chez le chien

Structure et fonction du système musculaire chez le chien

Vous trouverez ci-dessous des informations sur la structure et la fonction du système musculaire canin. Nous vous parlerons de la structure générale des muscles, du fonctionnement des muscles chez les chiens, des maladies courantes qui affectent le système musculaire et des tests de diagnostic courants effectués chez les chiens pour évaluer le système musculaire.

Qu'est-ce que le système musculaire?

Le système musculaire est l'un des plus grands systèmes du corps du chien. Il est composé d'unités de tissu qui ont le pouvoir de se contracter et donc de produire du mouvement.

Où sont situés les muscles?

Les muscles squelettiques se retrouvent dans tout le système squelettique et sont attachés aux os, aux autres muscles et à la peau. Ils représentent environ la moitié du poids d'un animal. Certaines parties des parois des organes internes creux tels que le cœur, l'estomac et les intestins et les vaisseaux sanguins sont composées de muscles lisses.

Quelle est la structure générale des muscles canins?

La plupart des chiens sont construits pour l'endurance, pas pour la vitesse, et leurs muscles le reflètent. La structure musculaire du chien est à peu près la même que son ancêtre, le loup. Les muscles permettent à l'animal de sauter, courir, traquer et s'engager dans la bataille.

Les muscles peuvent être sous contrôle volontaire ou involontaire. Les muscles volontaires, tels que ceux trouvés dans les bras et les jambes, peuvent être contrôlés par la pensée. Les muscles involontaires sont ceux qui sont contrôlés automatiquement par le système nerveux et qui ne peuvent pas être déplacés à volonté. Des exemples de muscles involontaires sont les muscles du cœur, du diaphragme et des intestins.

Il existe trois types de tissus musculaires:

  • Muscle lisse. Les muscles lisses se trouvent dans les organes internes tels que les intestins, l'estomac et la vessie. Ce sont des muscles involontaires et sont sous le contrôle du système nerveux autonome.
  • Muscle squelettique. Ces muscles sont appelés muscles striés et sont des muscles volontaires. Ils s'attachent principalement à des parties du squelette. Ils sont impliqués dans des activités telles que la marche, l'alimentation, le mouvement de la queue et le mouvement des yeux.
  • Muscle cardiaque. Les fibres musculaires cardiaques se trouvent dans le cœur et sont des muscles involontaires. Le muscle cardiaque est unique en ce qu'il est un muscle strié, comme le muscle squelettique, mais n'est pas sous contrôle volontaire.

    Chaque muscle individuel est composé de nombreuses cellules maintenues ensemble par du tissu conjonctif. Les muscles squelettiques s'attachent aux os au moyen de tendons de tissu conjonctif, qui sont élastiques et solides. Lorsque les muscles se contractent, ils tirent sur les tendons, qui tirent ensuite sur les os et font bouger les membres.

    Chaque fibre musculaire reçoit ses propres impulsions nerveuses, qui déclenchent divers mouvements. Une fois qu'un signal ou une impulsion descend le long du nerf jusqu'au muscle, la fibre musculaire transforme l'énergie chimique en énergie mécanique, et le résultat est une contraction musculaire.

    Les muscles reçoivent un apport sanguin généreux des vaisseaux sanguins voisins. Les artères qui alimentent un muscle entrent à des endroits plutôt définis et se connectent souvent à l'intérieur du muscle. Une distribution capillaire riche (le plus petit de tous les vaisseaux sanguins) aide à fournir de l'oxygène aux muscles. Un apport élevé d'oxygène par les muscles est nécessaire pour la course d'endurance ou d'autres types de performances. Des veines accompagnent également les artères. Pendant la contraction, le sang circule en étant forcé dans les veines plus grandes.

  • Quelle est la fonction des muscles?

    La fonction principale des muscles est de provoquer le mouvement de tout ou partie du corps du chien. Le muscle est utilisé pour stabiliser les articulations afin d'éviter leur effondrement sous une charge. Les muscles lisses maintiennent la continence de la vessie et propulsent les aliments dans l'intestin. Les muscles aident également à générer de la chaleur en frissonnant.

    Les muscles volontaires peuvent se contracter et tirer, mais ils ne peuvent pas pousser, ils doivent donc travailler par paires qui fléchissent et s'étendent. Les muscles extenseurs redressent les membres et s'attachent aux os, de sorte que les os agissent comme des leviers. Les muscles fléchisseurs, qui plient les articulations, agissent pour ramasser le membre. Leurs partenaires, les muscles extenseurs, se contractent à leur tour pour ramener le membre vers le bas. Les muscles ravisseurs éloignent les membres de la ligne médiane et les muscles adducteurs déplacent les membres vers la ligne médiane.

    Quelles sont les maladies courantes des muscles chez les chiens?

    Les maladies courantes qui affectent les muscles comprennent:

  • Troubles congénitaux. Les troubles musculaires congénitaux sont rares chez le chien. Ils sont généralement hérités et sont observés le plus souvent chez les chiens de race pure.

    Dystrophie musculaire. La dystrophie musculaire est le type de trouble musculaire congénital le plus répandu. Il s'agit d'un trouble lié au sexe, les femmes sont donc porteuses de la maladie et les hommes présentent des signes cliniques. Il affecte une grande variété de chiens, y compris le malamute d'Alaska, le golden retriever, le terrier irlandais, le Samoyède, le rottweiler et le corgi gallois. La maladie du golden retriever est similaire à la dystrophie musculaire de type Duchenne des enfants.

    Carence en fibres musculaires. Il s'agit d'un trouble musculaire héréditaire qui provoque une perturbation de la démarche chez les jeunes retrievers du Labrador.

    Myoclonie réflexe familiale. Ce trouble survient chez les retrievers du Labrador et se caractérise par une contraction zélée intermittente des muscles squelettiques des membres.

    Myotonie congénitale. Cette maladie du muscle squelettique est caractérisée par une contraction active involontaire d'un muscle qui persiste après une sorte d'effort volontaire ou de stimulation du muscle. Il est parfois observé dans le chow chow, le cocker spaniel, le Labrador retriever et le West Highland white terrier.

  • Troubles inflammatoires

    Polymyosite. Ce trouble est une inflammation de plusieurs ou plusieurs muscles à la fois, ainsi que des changements dégénératifs et régénératifs, et est marqué par une faiblesse musculaire.

    Myosite éosinophile. Il s'agit d'une inflammation aiguë ou chronique du muscle strié. Il affecte principalement les muscles de la tête et dans une moindre mesure les épaules et se produit généralement chez les chiens de plus grande race.

    Myosite causée par une infection. Les agents infectieux tels que les bactéries, les protozoaires et certains parasites peuvent provoquer une inflammation localisée ou généralisée.

  • Néoplasie

    Les cancers primitifs des muscles sont rares. À l'exception du rhabdomyosarcome (une tumeur maligne du muscle strié), la plupart des tumeurs musculaires surviennent chez les animaux adultes ou plus âgés.

    Les tumeurs secondaires qui surviennent à proximité des os, du cartilage et des organes des tissus mous peuvent envahir les muscles et restreindre leur mouvement et leur fonction.

  • Quels types de tests de diagnostic sont utilisés pour évaluer les muscles?

  • Enzymes musculaires sériques - Ces tests mesurent les enzymes des muscles qui sont libérés dans le sang lorsque le tissu est endommagé ou enflammé ou lorsque beaucoup d'activité musculaire s'est produite.
  • Électromyographie (EMG) - Ce test évalue les propriétés électriques du muscle squelettique.
  • Biopsie musculaire - La biopsie est l'ablation et l'examen microscopique du tissu musculaire. Il est utilisé pour détecter une inflammation et une infection dans le muscle et pour déterminer si une tumeur musculaire est maligne ou bénigne.
  • Radiographie - Les rayons X ne révèlent pas beaucoup d'informations sur les muscles, mais ils peuvent détecter des anomalies dans les structures osseuses environnantes.